De la surveillance policière à Genève : le cas de la BRIC

À Genève, le travail de surveillance des activités politiques est inscrit au cahier des charges d’une brigade de police précise. Elle est curieusement nommée « Brigade de recherche et d’îlotage communautaire ». À plusieurs occasions ces dernières années, les méthodes douteuses des Pieds Nickelés en doudoune de cette officine ont été exposées dans la presse. De l’enregistrement vidéo continu d’une occupation ouverte et populaire, aux arrestations et convocations de masse, en passant par des faux dans les titres, des éléments à charge tirés de commentaires Facebook, des témoins sous influence ou encore des éclairs de violence aveugles, les agents de la Brigade de recherche et d’îlotage communautaire (BRIC) sont de tous les mauvais coups.

Continuer la lecture de « De la surveillance policière à Genève : le cas de la BRIC »

Abu Dhabi, P26 et népotisme : En finir avec Pierre Maudet

Sous la plume de Fati Mansour, le Temps décrivait récemment le trio de procureurs – Jornot, Bertossa et Grodecki – en charge de la procédure ouverte contre Pierre Maudet suite aux révélations sur le voyage à Abu Dhabi du chef du Département de la sécurité genevois. L’article est intéressant, mais il oublie les positions d’un des acteurs-clé de cette histoire : Patrick Baud-Lavigne. Continuer la lecture de « Abu Dhabi, P26 et népotisme : En finir avec Pierre Maudet »

La lente agonie de la presse romande continue

Presse romande

Dès le 1er janvier 2018, les rédactions du Matin et du journal gratuit 20 minutes vont fusionner. Cette décision du groupe Tamedia ouvre la voie à une disparition future du journal orange. Le scénario est similaire à la fusion des rédactions du Temps et de l’Hebdo qui a mené à la disparition de ce dernier. C’est le nouvel épisode d’une longue série noire dans la presse romande.

Continuer la lecture de « La lente agonie de la presse romande continue »

Des flash-balls suisses tuent et éborgnent en France

Flash-balls

Le Temps nous l’apprend dans son édition du 13 août : « La majorité des policiers français sont équipés de LBD 40, fabriqués par l’entreprise Brügger & Thomet, basée à Thoune. » Cette société fournit des milliers de flash-balls à la France et son chiffre d’affaires aurait doublé ces deux dernières années. Tout roule donc pour cette PME helvétique modèle.

Continuer la lecture de « Des flash-balls suisses tuent et éborgnent en France »

Manifestation sauvage: Participer n’est pas illégal

Manifestation anti-Erdogan

Comme le rapportent un communiqué du Groupe Anti-répression Genève (GAG) ainsi qu’un article du Courrier, le Tribunal de police a acquitté sept personnes vendredi 18 août. Elles faisaient opposition à des amendes entre 280 et 650 francs suite à leur participation à une manifestation non-autorisée contre la venue du président turc Erdogan à Genève en janvier dernier.

Continuer la lecture de « Manifestation sauvage: Participer n’est pas illégal »

Haro sur les squats! Olivier Feller défend les profiteurs immobiliers

Olivier Feller n'aime pas le gens

Encore vexé que le Tribunal Fédéral ait donné raison aux squatteurs de Rhino en 2006, le parlementaire libéral vaudois Olivier Feller avance une modification de la loi fédérale sur la question de l’évacuation des squats. Alors que la justice ne laisse que quelques heures aux propriétaires pour agir directement contre une occupation, l’élu proche du lobby immobilier veut dorénavant leur laisser plusieurs jours. Il renforce ainsi le privilège qu’ont certaines personnes de garder leur(s) maison(s) vide(s) pendant que d’autres ne trouvent pas de logement.

Continuer la lecture de « Haro sur les squats! Olivier Feller défend les profiteurs immobiliers »

Un UBER de la livraison s’installe à Genève

Livreur à vélo

À l’image de l’entreprise britannique Deliveroo, une plateforme qui propose à ses clients et clientes de se faire livrer des bons petits plats à la maison par des « indépendants » vient d’ouvrir à Genève sous la houlette d’un ancien de Procter & Gamble (entreprise connue notamment pour son exploitation du travail des enfants). Son business model – popularisé par UBER – est bien rôdé : plutôt que d’avoir à supporter les coûts de l’essence, des assurances et les charges sociales liées aux salaires de ses livreurs et livreuses, la plateforme de livraison mandate des « indépendants » pour chaque livraison. Elle profite ainsi de la compétition qu’elle instaure entre celles et ceux qui veulent des mandats de livraison, ainsi que de l’absence de charges sociales dans sa comptabilité, pour se faire un max de fric.

Continuer la lecture de « Un UBER de la livraison s’installe à Genève »